Thaïlande,  Thaïlande du nord

La revanche d’Emma – La Thaïlande du nord : Chiang Rai, Chiang Mai & la boucle de Mae Hong Son

J’ai déjà écrit un article sur la Thaïlande, lors de notre escale vers le Japon, Aurélie et moi, à Bangkok en 2017. Je me souviens avoir écrit à ce moment-là que le “pays du sourire” portait peut-être mal son nom car nous avions vu peu de personnes aimables. J’avais admis que c’était la capitale et que je connais peu de capitales où les gens ne sont pas pressés ou que sais-je encore. J’ai le plaisir de dire que je me suis trompée et que les gens sont en effet souriants, tout du moins, dans le nord…Décidément, que de “nords” visités, entre le Viêtnam, le Laos et la Thaïlande.

Ci-dessous voici une carte qui n’utilise pas Google…Enfin je crois. Je vais essayer cette façon pendant un temps voir si elle me convient.

Dante adore la Thaïlande, ainsi que de nombreuses personnes que je rencontre, mais j’ai une certaine réserve quant à ce pays. J’admets que dans l’ensemble, les infrastructures sont bonnes, mais le tourisme y est si présent que de trop nombreuses choses sont complètement viciées, du type monter à dos d’éléphant ou une surabondance de touristes sur certaines plages si bien qu’ils doivent les fermer, qui est encore très -trop- courant.

Pour rappel, porter des humains est nocif pour la colonne vertébrale de ces pachydermes, mais surtout ce n’est pas un penchant naturel de se laisser monter sur le dos par des primates, à cette fin les “éleveurs” les brisent et les rendent dociles, mais de façon tout à fait antithétique à la docilité: enchaînés, drogués, entraînés à coup de bâton. Sans vouloir accuser qui ce soit, chaque personne qui participe à ce business est aussi acteur de la maltraitance de ces animaux, de façon indirecte.

Une autre “anecdote” que nous apprenons, c’est à propos de ces fameuses “femmes girafes”, qui sont en fait pour la plupart des réfugiées de la Birmanie voisine, victimes de la dictature militaire, à qui le gouvernement thaï envoie chaque année des anneaux, tenant ces femmes comme otages touristiques puisqu’il semblerait qu’elles n’ont pas le droit de sortir de leur zone d’accueil…

NE PAS TOURNER

Chiang Rai

Dante et moi arrivons de Huay Xai du Laos en bus, où nous rejoignons directement Chiang Rai. Que ce soit Chiang Rai ou Chiang Mai (la ville principale du nord du pays), elles ont toutes deux des origines birmanes, ainsi les temples sont (apparemment) clairement d’architecture différente par rapport au reste du pays.

Nous retirons de l’argent à l’arrivée, mais nous trouvons que les frais sont vraiment élevés. Après avoir fait un rapide tour de tous les ATM possibles, il se trouve que les moins chers sont le violet (Siam Commercial Bank) et la banque gouvernementale: 220 baht environ, soit à ce jour près de 6,60 €.

Également, comme beaucoup de villes en Asie du sud-est, les bus arrivent dans des endroits assez loin du centre, ce qui nous oblige à prendre des tuktuks (ces tricyles à moteur) pour rejoindre le centre, à moins de bien vouloir marcher si votre sac à dos n’est pas trop lourd, ce qui n’est pas le cas de celui de Dante. Ainsi, nous optons pour un tuktuk qui nous coûte 120 baht (3,60 €). 

Des tuktuks et des mangues

Nous arrivons dans notre toute petite chambre où il y a à peine la place de mettre nos sacs, encore moins de passer à deux. Je vois sur le lit des insectes mais je ne suis plus à ça près, alors après l’avoir fait remarquer à Dante, je les mets dehors et on n’en parle plus.

Chiang Rai est principalement intéressante pour deux temples, le Bleu (Wat Rong Seua Ten) et le Blanc (Wat Rong Khun). Ce sont deux temples très récents (l’un achevé en 2016 et l’autre en 1997), d’où ma réserve, car même s’ils sont très beaux, je pense qu’il y a d’autres priorités que de bâtir de nouveaux temples.

A dos de scooter, nous partons explorer ces temples, mangeons une délicieuse glace bleue au temple bleu, ne rentrons pas dans le temple blanc (payant) car nous pensons que l’extérieur se suffit à lui-même, même s’il est assailli par BEAUCOUP de touristes.

Wat Rong Seua Ten, ou le temple bleu
La fameuse glace bleue !

Wat Rong Khun, ou le temple blanc

Comme toujours, nous préférons la nature, disons surtout que j’ai besoin de nature, alors nous allons voir la cascade de Khun Kon. A notre surprise, l’endroit est presque vide et nous en profitons pour nous baigner un peu.

La cascade de Khun Kon
Des insectes au marché

Le soir, un grand marché est organisé, avec une grande place pour manger. Enfin plutôt deux places : une luxueuse où la plupart des occupants sont Caucasiens, avec une scène où s’y jouent de la musique et des danses et l’autre plus couleur locale, que nous choisissons en raison du prix, mais aussi parce que la nourriture y semble plus authentique. Par contre, les moustiques sont absolument insupportables (un anti-moustiques s’impose donc). Au passage, la nourriture thaïlandaise est vraiment bonne, comme on peut le voir ci-dessous :

Voici un petit montage que j’ai fait pour avoir un aperçu de ce que nous mangeons, c’est toujours très bon

Le lendemain, nous avons une bien grande surprise : Dante est couvert de boutons, le drap, lui, de sang. Rapidement, nous comprenons que les insectes que j’ai vus plus tôt dans la journée n’étaient pas de simples insectes : ce sont des punaises de lit, atrocités vivantes qui n’ont d’égal pour inspirer le dégoût que les tiques. J’aimerais, avant de poursuivre mon récit, insister sur le fait qu’après de nombreuses lectures, il semblerait que les punaises ne témoignent pas d’un manque d’hygiène. En effet, elles peuvent aussi se trouver dans des hôtels 5*. Peut-être un autre voyageur les a-t-il amenées ou que sais-je encore. Ainsi, nous demandons à être transférés dans une autre chambre. Nous lisons que pour éviter d’être infestés, il est préférable de surélever les sacs ou toutes autres affaires, loin des literies et de vérifier chaque recoin, car les punaises adorent se caler dans les ourlets.

Ces saletés, pour rester polie, suffisamment grosses pour être vues… Dommage que je n’ai pas de point de comparaison mais disons que ça fait la moitié d’un ongle…ou un ongle entier si vous avez des petits ongles

Dommage : la chambre est elle aussi infestée. Nous décidons donc de changer d’auberge et perdons une journée entière car pour se débarrasser de ces ultra-nuisibles, deux solutions :

  • les tuer par le froid, c’est-à-dire congeler tout objet infesté pendant 48h à -22°c. Solution non adaptée  à la situation de voyage
  • les tuer par les flammes de l’enfer (c’est une référence à 1001 pattes, ne brûlez rien s’il vous plaît !), tout mettre dans des machines à laver à plus de 65°c (le plus chaud possible sera le mieux). C’est notre solution, après avoir payé un bon paquet de thai baht (la monnaie locale) pour 3 machines. Les sacs y passent aussi, sauf celui de Dante qui est trop grand. Pour être encore plus sûrs, nous exposons tout pendant une journée entière au soleil. La paranoïa nous tient jusqu’à la fin du voyage et maintenant nous vérifions chaque lit, dans les moindres recoins

Cela entrave bien notre exploration et déjà nous devons partir pour Chiang Mai, rejoindre Somwan (c’est un nom amusant en anglais, qui se prête bien aux quiproquos), une amie de Dante.

Chiang Mai

La ville de Chiang Mai est très agréable, le centre est petit et mignon, composé de seulement quelques rues dans un carré. La culture y est très présente avec beaucoup de temples à visiter, mais au risque de ne surprendre personne, nous n’en visitons pas beaucoup, en plus il faut souvent payer. Pour être honnête, avant de partir en voyage, je méprisais un peu ceux qui disaient “tous les temples se ressemblent” ou ne se disaient pas intéressés par ceux-ci… Il n’y a que les imbéciles…
L’un des temples les plus importants de la ville, d’après ce que j’ai compris, est le Wat Chedi Luang, dont l’entrée est roulement de tambour… payante !

Toutefois, dans un effort surhumain, nous en visitons tout de même deux :

  • Wat Chiang Man, gratuit, qui a…un beau jardin, je suppose (ces blasés…),
  • Wat Phantao, gratuit aussi, peut-être du fait qu’il  est en réparation, mais j’ai apprécié celui-là, l’un des rares que j’ai vu en Asie du sud en bois.
Wat Phantao

Il y aussi beaucoup d’activités dans les alentours, notamment en relation avec les animaux, donc mon conseil #1 serait de BIEN vous renseigner avant de vous engager dans une quelconque activité.

Le temps d’une soirée et du lendemain, nous voyons Somwan, Thaïlandaise, que Dante a rencontré en Nouvelle-Zélande.

Somwan à Chiang Mai

Mais surtout, nous faisons un tout petit tour en scooter aller-retour au départ de Chiang Mai pendant quatre jours :

La boucle de Mae Hong Song

Jour 1 : Chiang Mai – Mae Sariang

Notre parcours commence par la magnifique cascade de Mae Yai dans le parc national de Doi Inthanon. Ce parc semble vraiment génial, surtout pour l’observation des animaux sauvages et notamment des oiseaux. Si nous avions plus de temps, j’aurais aimé y passer plusieurs jours. Selon un panneau, l’entrée du parc est payante, mais lorsque nous nous avançons à l’entrée, le garde nous dit de continuer… Ça, on apprécie, pas besoin de nous le dire deux fois ! Non pas que ça nous aurait dérangé, juste pour être bien claire : ça ne me gêne pas de payer pour la protection et la préservation des lieux (sauf quand c’est religieux), mais c’est tout de même toujours une bonne surprise.

Cascade de Mae Yai

La cascade se divise en plusieurs “étages”, elle est plutôt impressionnante ! Interdiction de l’escalader et je ne crois pas qu’il soit possible de s’y baigner.

La route est en très bon état, si on oublie les quelques trous. On passe aussi par une très belle forêt luxuriante et un village en bois.

Nous passons la nuit à Mae Sariang. Là, j’avoue que notre phobie des punaises de lit est à son apogée car la chambre est dans un état désastreux, alors que le prix est plutôt élevé comparé à la situation du village et comparé à ce que nous payons d’habitude (200 baht = 6€).

Jour 2 : Mae Sariang – Mae Hong Son

Pour le deuxième jour, nous nous arrêtons au temple -gratuit, yay!- de Wat Tham Phra Boran, sorte de temple dans une grotte. Ce qui est intéressant, c’est qu’il est en construction, donc on peut voir comment sont fait ces fameux dragons dans les temples. Sur le chemin, on trouve beaucoup de panneaux vers des villages des Karen, ces “femmes girafes”. Je ne saurais pas souligner suffisamment combien je recommande de NE PAS y aller.

Nous essayons bien d’aller aux grottes de Kaew Komol à travers Ban Mae La Noi, une route vraiment belle dans des petits villages et rizières. Pour être honnête, je ne sais plus très bien pourquoi nous n’y allons pas finalement, mais nous n’y allons pas. Alors, nous revoilà partis. L’étape du soir se fait à Mae Hong Son, une jolie ville autour d’un lac.

Sur la route

Jour 3 : Mae Hong Son – Pai

Sur la route en direction de Pai, je prévois plusieurs petites haltes. La première est un pont en bambou, le Su Tong Pae. C’est un très beau pont surplombé par des montagnes qui mène à un complexe de temples avec de belles décorations.

Le pont Su Tong Pae

Ensuite, suite à la lecture d’un blog au sujet de cette même boucle, l’un des auteurs écrit que nous devons aller au village de Pang Un. Alors, la route est de nouveau très jolie, mais je ne sais pas si c’est dû au fait que la pluie commence à se mêler de ce qui ne la regarde pas, le fait que nous soyons si hauts que nous sommes dans les nuages (ce qui est franchement une sensation agréable, mais le froid l’est beaucoup moins) mais nous n’y trouvons rien de franchement particulier, même après avoir fait plusieurs tours du village.

Bref, nous avons encore beaucoup à faire, donc nous nous activons, car la journée avance vite. Je nous emmène à la grotte de Nam Lang (je ne me souviens plus très bien du nom), dont le chemin est absolument génial, dans une forêt très dense. Malheureusement, à notre arrivée, quelqu’un est assigné pour rester là et prévenir les éventuels touristes que la grotte est fermée. Je pense que ce mec ne doit pas avoir beaucoup de travail vu le nombre de personnes que nous avons croisé, soit aucune. Mais nous voyons un gros scarabée, ça c’est cool.

D’ailleurs, la Thaïlande est l’hôte de bien beaux insectes tous plus impressionnants les uns que les autres. Et j’ai un nouveau logiciel que j’essaie, d’où les montages. Je ne cesse de m’amuser, dis donc.

Un autre montage mais cette fois pour montrer ces si beaux insectes ! Le fameux scarabée est celui en bas à droite.

Pour ne pas être en reste, je ne perds pas espoir et décide d’aller aux grottes de Mae Lanna (depuis le Laos, je suis obsédée par les grottes). J’avais lu sur internet que l’entrée était payante, mais non, nous n’avons pas enfin décidé que nous paierons, mais nous avons espoir que l’entrée sera elle aussi laissée à l’abandon puisque c’est la basse saison, tout comme le premier jour au parc national (mais l’expérience vécue des grottes de Nam Lang n’est pas bon signe). Aller là-bas n’est pas la chose la plus aisée, la route est très poussiéreuse, sans goudron. Nous devons même passer par une sorte de péage tenu par des militaires, un peu stressant. Après avoir passé le mignon village de montagne, naturellement un scooter nous rejoint à toute allure pour nous dire que l’entrée est PAYANTE (évidemment !), mais surtout chère.

La nuit tombe,mais mon itinéraire n’est pas bouclé et la journée a plutôt été marquée comme un “échec”. Alors dans un dernier effort, nous essayons d’aller à un point marqué par un autre utilisateur de mapsme, logiciel de carte utilisable hors-ligne, que j’utilise principalement en voyage. Ce point est “cascaden”, donc je suppose qu’il y a une cascade ? J’aime les grottes mais j’aime aussi les cascades. Donc nous irons ! Et nous y allons, mais la pluie a été forte aujourd’hui et les chemins sont très boueux, si bien qu’au bout d’une demie-heure, Dante me convainc que ce n’est peut-être pas la meilleure idée, donc encore une fois, nous abandonnons. Nous ne savons même pas si la cascaden existe ou non, donc que puis-je rétorquer ?

Aujourd’hui aura été un échec absolu de bout en bout si on regarde rapidement, mais nous voyons beaucoup d’insectes impressionnants ou de magnifiques paysages. Pour la nuit, nous trouvons un camping avec des huttes peu chères pour Pai, prénommée KK hut 來. Ça me fait rire mais pas Dante (les déboires de couple international, faut le prononcer en français).

KK HUT !

Jour 4, Pai

Pai est une ville ultra-touristique du nord du pays. Connue pour être une ville hippie d’abord, c’est devenu une ville exclusivement touristique dans laquelle on a l’impression que tout est fait pour les touristes. Par conséquent, il y a beaucoup d’activités dans les alentours à réaliser : du genre monter des éléphants comme des sauvages ou les nourrir de force ou “PRENDS TON BAIN MAINTENANT moindre animal”. Nous voyons plusieurs éléphants sur la route, en entendons au loin (ça c’est plutôt cool) mais surtout, nous en voyons enchaînés sur le bord des routes… Et la chaîne ne laisse même pas à ces pauvres majestueuses beautés le loisir de se coucher. D’où mon engouement.

D’autre part, si c’est la basse saison, c’est pour une raison bien précise : c’est la saison des moussons et même si d’habitude j’ai été plutôt chanceuse (sauf dans les Philippines peut-être), ici ce n’est pas le cas. Il pleut absolument toute la journée, la pluie ne cesse pas, même pour une seule petite minute de répit.. Nous ne pouvons donc rien faire, hormis aller au marché du soir pour manger. Les rues sont envahies de touristes, mais ENVAHIES. Ce n’est pas trop mon kiffe et visiblement tout le monde est là pour le breuvage en folie et  la marie-jeanne. Mais en se penchant bien sur cette destination, par beau temps, j’avais trouvé beaucoup de choses à faire en relation avec la nature et le tourisme raisonné (je parle des animaux, pas de la mise de race, ça, ça regarde chacun) donc cette ville vaut quand même la peine de s’y arrêter.

Jour 5 – retour au bercail, de Pai à Chiang Mai

La journée commence tôt, à 6h30, car nous devons rendre le scooter à 11 heures du matin, sachant que Chiang Mai se trouve apparemment à environ 3 ou 4 heures de route. Dante gagne ce jour le statut de héros, il conduit pendant tout le trajet sous une pluie battante et un froid mordant et nous fait arriver à 10h30 ! 

Cela marque la fin de notre périple dans le nord du pays du sourire, où nous rejoignons Mae Sot pour aller en Birmanie en bus.


Photo bonus ! J’adore l’ingéniosité spontanée des humains

3 commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.