Japon,  Voyage au Japon en solitaire

Une véritable découverte : l’île de Kyushu, les tropiques du Japon

L’île au Japon la plus connue et la plus visitée est évidemment Honshu (本州), où se trouve Tokyo et toutes les autres villes extrêmement connues. Ensuite, nombreux sont ceux qui connaissent Hokkaido (北海道), réputée pour sa nature magnifique et sa neige. La moins touristique semble être celle de Shikoku (四国), pourtant je n’en ai entendu que du bien, mais malheureusement je n’ai pas réussi à l’intégrer dans mon programme. Celle dont je vais vous parler aujourd’hui, c’est l’île de Kyushu (九州) !
Cette île serait le berceau de la civilisation japonaise et est importante économiquement puisque de nombreuses productions telles que le thé, le riz, le tabac, la patate douce ou encore la soie sont possibles grâce à son climat subtropical.


Récemment vous avez pu en entendre parler du fait de l‘éruption du volcan Sakurajima le 5 février 2016 (dont j’ai vu de la fumée noire très impressionnante en sortir quand je suis allée à Kagoshima le 12 février).

Jour 1 & 2 – Beppu (別府) & Yufuin (由布)

Pour mon premier arrêt sur Kyushu, j’ai opté pour Beppu. Je ne connaissais absolument pas Kyushu, et malgré le fait que je cherchais des endroits plus orientés nature par exemple, je ne trouvais pas grand chose. J’avais déjà entendu parler de Beppu dans des documentaires, c’est ainsi que mon choix s’est arrêté dessus sans vraiment savoir à quoi m’attendre.

La ville en elle-même n’est pas détestable, mais honnêtement elle est plutôt limitée niveau activité. Beppu est une ville ‘resort’, et si elle est connue c’est  presque exclusivement pour ses sources chaudes colorées (jigoku 地獄, qui veut dire “enfer”). On les appelle “enfer” car lorsque jadis on vit ces sources, on pensait que l’endroit était maudit. Les jigoku se comptent au nombre de 8 et ont chacun des attributs bénéfiques, qui nous seraient profitables si nous étions capables de supporter de l’eau avoisinant les 100°C…

Toutefois, première déception : je pensais que nous pouvions nous baigner dans certains, mais c’est uniquement à observer, et à juste titre. Peut-être aurait-il fallu que je me renseigne avant d’y aller…?

Deuxième point négatif, c’est bondé de monde (et bondé est un euphémisme, alors que j’y étais en basse saison). L’endroit est ultra touristique, et n’est pas si transcendant. C’est impressionnant certes, mais je ne pense pas que cela justifie cet engouement.
Heureusement, dans mon auberge de jeunesse j’ai rencontré une Espagnole, Elisabet, avec qui je me suis très bien entendue, qui m’avait déconseillé d’aller voir chaque “jigoku” (puisqu’il faut payer à l’entrée de chacun). Je suis donc allée en voir seulement un, Umijgoku, le plus célèbre (il y a certains choix que je fais que je ne comprends pas, le plus célèbre sous-entend donc beaucoup de monde) et en effet, c’était bien suffisant. Le plus célèbre n’a pas que des inconvénients puisque Elisabet m’a dit que celui que j’avais vu était bien plus grand que celui qu’elle avait vu.

Fait encore plus déplorable, dans un des jigoku, ils ont réuni des crocodiles pour faire…faire je ne sais quoi d’ailleurs. J’ai horreur de cette manière de pousser au tourisme. Je doute qu’ils soient si heureux, entassés comme des sardines en boîte pour que des touristes les prennent en photo, purement et simplement, dans un espace très limité.

Umijigoku
Umijigoku

P1110512

Je ne m'en lasse pas...Une serre à Umijigoku
Je ne m’en lasse pas…Une serre à Umijigoku
Umijigoku
Umijigoku

De plus, Beppu a la particularité, due à son activité volcanique, de disposer d’endroits où l’on peut faire cuire ses aliments à la vapeur.

Aliments cuits à la vapeur de l'activité volcanique
Aliments cuits à la vapeur de l’activité volcanique

Beppu aura certainement beaucoup de charme à qui sait se perdre, et trouver des onsen moins prisés, plus authentiques. De plus, il est possible un peu partout dans la ville de profiter de bains de pieds, et ce gratuitement l’eau étant naturellement chaude.

P1110368

P1110385

Enfin, je suis allée à Yufuin avec Elisabet. Yufuin est elle aussi une ville ‘resort’, appréciée pour ses onsen excellents pour les rhumatismes. Contrairement à Beppu, elle a plus de charme et on trouve de belles habitations anciennes ainsi qu’un village dit “floral” tout à fait adorable. Par ailleurs, pour rejoindre Yufuin depuis Beppu, nous avons traversé des paysages vraiment magnifiques (des étendues jaunes que je n’ai malheureusement pas pu prendre en photo).

Une fois encore, petite déception car nous y sommes allées durant le Nouvel an chinois, ce qui signifie que les Coréens et les Chinois étaient en vacances, et l’endroit était une fois encore pris d’assaut…

J’ai un petit peu de mal avec les foules de touristes asiatiques (pas seulement asiatiques), mais je souhaite expliquer pourquoi sans vouloir offenser qui que ce soit. Nous n’avons juste pas du tout la même façon de voyager. Pour la plupart, on dirait que le plus important est à celui qui aura le meilleur selfie (pour qui ne sait pas ce qu’est ce véritable phénomène de mode : c’est une photo de soi prise par soi-même). Mais là que ce soit Chinois, Japonais ou Coréen, chacun a son iphone (le plus souvent) planté en haut d’une perche à selfie (l’accessoire indispensable pour qui se respecte…) pour qui prendra le selfie cliché à mettre sur son compte instagram (site internet où l’on y poste uniquement des photos) pour dire “j’y étais”. Et je parle de véritable SELFie puisque très souvent, même en groupe d’amis, voire même en couple (!), beaucoup de personnes se prennent seules. C’en est arrivé à un tel point que dans les gares japonaises ils ont placardé des panneaux rappelant que faire des selfies avec un train qui arrive, ça peut être dangereux. Je trouve ce culte de l’apparence et ces tendances égocentriques/narcissiques un peu triste, et quelque peu exaspérant. Je pense que c’est largement différent avec le fait de vouloir avoir un simple souvenir de soi dans un endroit qu’on a apprécié. Bref je me disperse…
Au moins l’avantage de ces comportements, c’est qu’ils vont tous à l’endroit le plus célèbre, et dès qu’on s’en écarte un peu, il n’y a plus personne !

Yufuin
Yufuin
Rivière et montagne à Yufuin
Rivière et montagne à Yufuin
Village floral
Village floral
Pour les fans de Ghibli
Pour les fans de Ghibli, reproduction de la boulangerie de Kiki la Petit Sorcière

Jour 3 & 4 – Kagoshima (鹿児島)

Kagoshima était la ville étape pour rejoindre Yakushima puisque c’est de là d’où part le ferry. Comme je l’ai déjà dit, l’île de Kyushu est très mal desservie en train. Je n’ai donc utilisé que les bus pour me déplacer sur cette île, qui ont l’avantage d’être moins chers et plus pratiques sur Kyushu.

Ayant dû supporter 7h de bus (pour 330km…), je suis malheureusement arrivée trop tard pour pouvoir visiter la ville elle-même.
Je vous rassure, je n’ai pas enchaîné les sept heures d’affilées. J’ai changé de bus à Miyazaki, dont je n’ai vu que la gare (et ce “mur du capitalisme” comme je l’ai appelé, qui se trouvait sur un conbini -convinient store, une échoppe ouverte 24h/24, 7j/7-).

Le mur du capitalisme à Miyazaki...Trop de sagesse
Le “mur du capitalisme” (selon moi) à Miyazaki…Trop de sagesse

Ensuite, à Kagoshima j’ai rejoint Maud & Lilas, où nous sommes allées manger dans des Izakaya (居酒屋), équivalent aux pubs irlandais, un peu nos bistrots. Toujours est-il que même si l’ambiance est à vivre, puisque nous y étions un vendredi soir, l’endroit était rempli de Japonais bien alcoolisés. Et étant étrangères, certains venaient nous parler (dont un qui s’est “assis” à notre table pendant 5 minutes). On a aussi pu apprécier la gentillesse de la “patronne” qui a demandé à un potentiel client de partir car il devenait très insistant pour s’installer avec nous. Elle venait régulièrement s’assurer que tout allait bien !

Maud et Lilas ont pu explorer la ville et m’ont expliqué que la ville de Kagoshima était très importante pour qui s’intéresse à l’histoire japonaise. Egalement connue sous le nom de Satsume, elle était la ville-fief du clan Shimazu (un clan très puissant qui a perduré de la période Kamakura, vers le XIIème siècle, à la restauration de Meiji, au XIXème siècle). C’est aussi le berceau des rébellions de Satsuma, au XIXème siècle. Pour faire court, ces rébellions étaient une guerre civile entre conservateurs (caste des samouraïs) et modernistes (soutien au gouvernement impérial), avec pour figures importantes de Kagoshima : Saigo Takamori (chef des conservateurs) et Okubo Toshimichi (vous l’aurez compris, du côté des modernistes).

Izakaya
Izakaya

Enfin, à Kyushu je me suis également arrêtée à Kumamoto (熊本) et Fukuoka (福岡), mais je n’ai vraiment pas eu le temps de visiter ces villes, je ne peux donc pas en parler.
J’ai pu apercevoir au loin le château de Kumamoto qui m’avait l’air très beau. Mais c’est vraiment tout ce que je peux dire. Je suis arrivée bien trop tard à Kumamoto et devais partir tôt le lendemain matin, quant à Fukuoka, c’était principalement pour prendre le ferry pour rejoindre Busan, en Corée du Sud.

Avant Kumamoto, Maud, Lilas et moi sommes allées à
Yakushima (屋久島), une magnifique île que je préfère présenter dans un prochain article tant sa beauté nous a émerveillées.

Un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.