Corée du Sud,  Voyage en solitaire

La fin d’une grande aventure : Daejeon (대전) et Séoul (서울)

Je savais que pour la semaine qu’il me restait je verrais pas mal de personnes et que cela se passerait mieux car je me sentirais moins seule. En effet, à Daejeon comme à Seoul, je devais rencontrer de vieux amis, avec qui je parlais sur internet depuis près de sept ans : “Emile”, Seulgi et Eun Jeong.

De plus, je retrouverais Seoul, ville que j’ai visitée trois semaines durant, en 2012 ; je n’étais ainsi pas perdue.

J’ai principalement voulu aller à Daejeon pour rencontrer mon ami, Heon Gyeom, que je surnomme Emile pour plus de facilité. Cette ville n’a vraiment aucun attrait touristique à proprement parler.

A mon arrivée en bus, Emile m’attendait. J’ai vaguement visité son campus (très impressionnant, on aurait dit un petit village tant c’était grand). Nous avons mangé avec six de ses amis. C’était très amusant, certains ne pouvaient pas parler anglais, mais bravaient leur timidité, là où d’autres n’osaient même pas me parler. C’est étonnant d’intimider par le simple fait d’être « différente ».

Les amis d'Emile
Les amis d’Emile

Nous avons passé toute la soirée ensemble, ainsi qu’un autre jour, et je rentrais le soir pour mon couchsurfing chez Gina.

J’ai passé les deux jours suivants avec Gina. Nous sommes sorties entre autre avec une de ses amies au restaurant.

Restaurant mexicain !
Restaurant mexicain !

Une fois de plus, j’ai été agréablement surprise de réaliser à quel point c’est facile d’échanger avec des personnes qui nous sont totalement inconnues. C’était très appréciable de me trouver à nouveau entourée, moi qui d’habitude préfère la solitude. Une journée entière, Gina et moi avons pas mal discuté et débattu. Nous avons regardé des films et une émission coréenne assez amusante : « Unusual summit » qui met en scène uniquement des étrangers qui tiennent des débats, orchestrés par trois coréens. C’était assez original, et même si je ne comprenais pas tout, c’était plutôt intéressant. Elle sentait que j’étais fatiguée, donc plusieurs fois elle m’a donné une sorte de remontant à base de ginseng tout à fait immonde. Je pense que rien que le goût remet sur pied.

Je suis ensuite partie retrouver cette ville qui m’était chère, Séoul. Je dormais en guesthouse pour ces derniers jours. Elle était toujours très bruyante, et les résidents n’avaient que faire de ceux qui voulaient dormir. Aussi, tout un groupe de Chinois sont arrivés à 2h du matin, ou certaines personnes se mettaient à parler normalement à 7h dans la chambre. Les guesthouses ne m’avaient pas du tout manqué. De plus, cela peut paraître étrange, mais ça me faisait vraiment bizarre de retrouver des étrangers, et je m’en trouvais importunée. Très ridicule, je sais, mais je ne pouvais pas m’empêcher de le ressentir.

À Seoul, j’ai décidé d’aller voir des choses que je n’avais pas vues ou bien que je voulais vraiment revoir, car soit j’avais adoré lors de ma première visite, soit je n’avais pas pris suffisamment de temps à mon goût.

Seoul - devant le Grand Children Park
Seoul – devant le Grand Children Park

Je suis donc allée voir le Children Grand Park. Je ne savais pas à quoi m’attendre, mais j’ai été agréablement surprise car j’ai trouvé un zoo gratuit dans le parc. Qui plus est, il n’’était pas trop mal par rapport à ce que j’avais pu voir auparavant. Hormis peut-être les visiteurs, qui ne cessaient de taper sur les vitres…

Comme je vous retrouve depuis Miyajima...
Comme je vous retrouve depuis Miyajima…
Des renards ! J'ai besoin d'aller aussi loin pour enfin voir mes renards roux.
Des renards ! J’ai besoin d’aller aussi loin pour enfin voir mes doux renards roux.

J’ai également visité quelques rues traditionnelles dont Insa-dong (trop animé) et Dongdaemun.

La rue d'Insadong
La rue d’Insadong
Le fleuve Han
Le fleuve Han

Durant mon séjour, j’en ai profité pour aller à Suwon. Je n’avais pas d’idée précise d’activité, mais Emile m’en avait souvent parlé, étant donné que c’était sa ville natale. J’ai donc visité sa forteresse qui figure au patrimoine mondial de l’UNESCO, puis suis repartie. Par chance, le trajet ne dure qu’une heure en bus et le prix était très bas.

J’ai rencontré Eun Jeong. Nous avons visité Changdeokgung, mon palais préféré de Seoul. Je l’ai moins aimé que la première fois, mais peut-être parce que le jardin secret avait peu de couleur du fait de la saison (sachant que j’y étais allée en été la première fois).

Palais de Changdeokgung
Palais de Changdeokgung
Dans le palais
Dans le palais
Le jardin secret du palais et son étang à la forme de la Corée
Le jardin secret du palais et son étang à la forme de la Corée

P1140728
P1140765

Eun Jeong et moi
Eun Jeong et moi
Miam! Je ne saurais pas dire ce que c'est car Eun Jeong avait commandé...
Miam! Je ne saurais pas dire ce que c’est car Eun Jeong avait commandé…

Eun Jeong a sans le faire exprès envoyé un SOS par SMS à ses parents. Très inquiets, sachant qu’elle allait rencontrer une étrangère, ils ont appelé la police. On a donc dû aller à la rencontre de l’agent pour lui expliquer que tout allait bien. Nous avons fini la soirée à discuter.

Mais surtout, j’ai revu mon amie Seulgi, que j’avais déjà vu en 2012. Quelle agréable sensation de retrouver une amie avec qui les échanges sont limités, mais avec qui on se sent proche malgré tout. Quatre ans plus tard ! Nous sommes simplement allées dîner dans le quartier de Gangnam (oui, ce quartier), pour ensuite aller discuter tranquillement.

Nous étions très timides au début, mais après, c’était comme si on se connaissait depuis longtemps (ce qui est le cas, mais comme des personnes qui ne se voient pas fréquemment).

Le quartier de Gangnam
Le quartier de Gangnam

Ma semaine à Seoul s’était écoulée vite, mais était à la fois étrangement peu remplie. Je commençais à être complètement vidée de toute énergie vitale. Mais voir mes amis ainsi m’a vraiment mis du baume au coeur. En ce sens, mon voyage en Corée a été plus significatif que celui du Japon, mais les deux pays me sont très chers, pour des raisons très différentes.

On m’avait dit que c’était une erreur de visiter la Corée après le Japon, car soit-disant elle était moins intéressante. Je ne suis pas d’accord, mais je pense qu’avoir des amis dans le pays m’a permis d’apprécier davantage, tandis que le Japon est tellement différent de ce que l’on connaît qu’il se suffit à lui-même.

Cette expérience restera certainement gravée à jamais dans ma mémoire, et je dois admettre que je ressens très souvent de la satisfaction, avec une pointe de fierté quand je repense à ces trois mois passés quasi en solitaire.

Même si j’étais contente de retrouver la France et toutes les personnes qui me sont chères, je dois admettre que je meurs déjà d’envie d’une seule chose. Une chose est sûre, j’y retournerai.  

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.