Japon,  Voyage au Japon en groupe

Le début des tribulations de la compagnie : Une semaine à Tokyo

On ne change pas de vieilles habitudes; nous n’avons absolument pas eu le temps d’écrire les articles pendant notre voyage. Non pas par manque de volonté, mais j’ai appris “sur le tas” qu’un voyage solitaire ne ressemble en rien à un voyage à plusieurs. On dispose de moins de temps libre en journée, pris par le temps de prendre une décision par exemple, mais on peut faire des choses plus tard pour compenser. Le soir nous étions la plupart du temps bien trop fatiguées pour écrire. Mais ce n’est pas grave ! Il nous reste trois mois avant de repartir. Pas d’inquiétude, entre une restructuration complète de notre projet de l’année prochaine et le travail, nous prendrons le temps d’écrire les articles. Je l’espère.

Pour ceux qui manquent de temps, ceux qui n’aiment pas lire, ceux pour qui les photos sont plus parlantes ou encore ceux qui veulent absolument tout voir de notre voyage, je vous invite à regarder l’instagram d’Aurélie ici-même : pirate des terres.

Et si les photos ne sont pas non plus votre tasse de thé (pas assez interactif, trop mou, que sais-je !), Aurélie nous a concocté une superbe vidéo. Elle réunit Tokyo, Kamakura mais aussi le Mont Fuji.

Allez, je ne perds pas plus de temps pour commencer.

Comme je le disais dans l’article précédent, nous partions avec des avions différents, Hugo et Thomas de leur côté avec Aeroflot, compagnie Russe, et Aurélie et moi avec LOT Polish Airlines, compagnie polonaise. Je dois admettre que notre compagnie n’a pas été excellente. Les repas font penser à de la nourriture de cantine, ils ne donnent ni bouchons d’oreille, chaussons ou brosse à dents. Le confort n’est pas terrible et le choix de films est très limité. Je sais que pour un long courrier, je ne prendrai plus cette compagnie. De plus, que ce soit à l’aller ou au retour, deux de nos trajets ont eu du retard, plus d’une heure à chaque fois. Mais j’imagine que c’était fortuit.

Le contenu de nos sacs : à gauche, Aurélie; à droite, les entrailles de Paul
Coucher de soleil à l'aéroport de Paris
Coucher de soleil à l’aéroport de Paris

En ce qui nous concerne, nous avions décidé de dormir à l’aéroport. Nous entendions souvent dire qu’il n’était pas possible de dormir là-bas. Nous n’avons pas bien compris pourquoi car nous n’avons eu aucun souci. Le seul “problème” que cela a posé fut que l’agent de sécurité  nous a fait nous lever pour nettoyer le siège. Nous connaissons désormais le Terminal 1 de l’aéroport Charles de Gaulle par coeur à force de déambuler à l’intérieur, puisque nous ne voulions pas dormir pour essayer d’avoir le rythme nippon (je dois dire que le Terminal 2 de Narita à Tokyo ne nous est plus inconnu non plus). De 21h à 5h35, nous cherchions des moyens pour nous occuper comme nous le pouvions. Ensuite, dzień dobry Varsovie ! (ce qui veut dire “bonjour” et se prononce “djin dobré”). Notre escale s’effectuait dans la capitale polonaise, pendant 6 heures. A l’origine, nous voulions visiter la ville rapidement, mais prises de panique de peur de manquer de temps, nous sommes restées sagement dans l’aéroport. C’était long…très long. Finalement, nous aurions pu y aller comme notre vol jusqu’à Tokyo a eu une heure de retard.

Bref, après un vol de onze heures où nous alternions entre manger et dormir, nous arrivions enfin sur le sol japonais. Premier choc : la sensation d’être dans un vivarium ! Et oui, en été au Japon, il y a plus de 80% d’humidité. En plus de la chaleur qui frôle les 34°c, autant vous dire que la chaleur est difficilement supportable. Même si à l’arrivée ce n’était pas très flagrant, je peux vous assurer que cela devient vite handicapant pendant le reste du voyage. A titre d’exemple, Aurélie qui pensait bien supporter la chaleur, avait beaucoup de mal à tenir le coup !

A peine sorties du service de l’immigration, nous faisions la connaissance de Nozomi qui avait habité 6 ans en France et qui revenait vivre au Japon. Nous sommes donc restées un petit peu à parler avec elle. C’était “amusant”, car elle-même ne se sentait plus chez elle au Japon et vivait mal son retour. Ensuite, TV Tokyo a voulu nous interviewer. Quelle arrivée mouvementée ! Tant mieux, car nous devions attendre nos deux autres compagnons, nous avions ainsi un petit peu de divertissement.

Nozomi à l'aéroport de Narita
Nozomi à l’aéroport de Narita

Tous ensemble, nous prenons un bus pour rejoindre le centre de Tokyo pour 1000 yens (soit environ 8€). Là, nous achetons la sainte carte Suica que j’avais déjà, très pratique comme je l’expliquais précédemment pour tout ce qui est bus et métro dans les grandes villes du Japon. Puis nous essayons de rejoindre notre location pour la semaine et malgré le fait que j’avais déjà eu affaire au métro de Tokyo, nous avons beaucoup peiné à trouver les bonnes lignes. Mais finalement, j’ai réussi à mener la troupe à bon port. Nous avions loué un petit appartement dans le quartier de Itabashi (板橋). C’est un quartier assez agréable, à taille humaine, loin des immenses immeubles des quartiers “futuristes”.  Nous aimions notre petit coin près de la fontaine où des enfants jouaient dans l’eau pour s’hydrater.

La fontaine de Itabashi
La fontaine de Itabashi

Dans la rue de notre logement, il y avait une église et les fidèles voulaient absolument nous faire visiter leur église. Bon, pourquoi pas voir à quoi elles ressemblent, pour notre culture générale. Ils nous ont même demandé si nous avions aussi de vieilles églises en France… Ce doit être dû au fait d’être étrangers, car cela nous est arrivé plusieurs fois que des chrétiens viennent nous voir. Nous voulions explorer les environs de notre quartier, mais il faisait trop chaud à mon avis pour errer sans but. Nous avons donc plutôt décidé d’aller explorer les quartiers de Shinjuku et Shibuya.

Je crois que mes compagnons ne supportaient pas le décalage horaire car ils n’arrivaient pas à se lever malgré le réveil pendant vingt minutes sur au moins deux jours. J’en ai donc profité pour faire une petite promenade en solitaire. Je pense qu’il est important d’avoir ses moments à soi quand on fait à voyage à plusieurs.

J'ai rencontré un beau pigeon pendant mon excursion en solitaire !
J’ai rencontré un beau pigeon pendant mon excursion en solitaire !

Pendant la semaine, nous avons visité aussi le quartier de Asakusa, quartier traditionnel. J’étais étonnée car étant donné le monde qu’il y avait en hiver, j’imaginais que cela serait atroce en été. Mais heureusement il n’y avait pas foule, en ce qui concerne Tokyo tout du moins.

Nous y avons à nouveau fait la fortune avec le petit bâtonnet, comme lors de mon premier voyage. Pour rafraîchir les mémoires, après avoir donné 100 yen, on secoue une boîte pour en faire sortir un bâtonnet où un nombre est inscrit. Grâce à ce numéro, on peut retirer un papier où notre fortune est détaillée ! Thomas a eu la pire fortune possible, moi une mauvaise et Aurélie et Hugo en ont eu une moyenne. Apparemment, il vaut mieux que j’évite de me marier (ça devrait aller) ou de voyager, et ça ce n’est pas envisageable ! Donc, tant pis, je n’écouterai pas la fortune.
J’ai pu profiter davantage des alentours de ce quartier par rapport à l’an passé.

Nous y avons donc regardé rapidement les étals des magasins. Avec Aurélie, nous avons pour la 1ère fois mangé un Kakigori (かき氷), la glace pilée japonaise. J’en ai toujours vu dans les films que je regardais étant petite et le Kakigori faisait partie de mon fantasme estival japonais. Je dois faire l’aveu d’une grande déception. Elle qui semblait si rafraîchissante, si délicieuse, la perfection au milieu des feux d’artifice et autres festivités de l’été. En fait, ils versent des litres (j’exagère à peine) de sirop sur des cristaux de glace, qui s’avère en fait bien trop sucrée.  A tel point que pendant tout le séjour, je n’en ai pris que deux fois… Que les rêves s’effondrent vite ! Mais on s’est tout de même fait plaisir sur la nourriture :

Nous avons également vu le quartier de Akihabara pour Aurélie. C’est le quartier des “otakus”. Pour faire simple, les otakus sont les fans de mangas. Mais en fait ce n’était pas ce que recherchait Aurélie, il y avait principalement des figurines de mangas. En plus voyant que nous n’étions pas très intéressés (nous n’avons certainement pas suffisamment fouillé les recoins de cet endroit) nous sommes vite partis…

Par contre, la rue Takeshita à Harajuku a beaucoup plu à Aurélie et Hugo ! Ils ont chacun fait des petits achats typiques du Japon (comme un t-shirt chat assez psychédélique, entre autres). Dans cette rue, j’ai pu voir aussi un magasin Lolita “Bodyline”, où tout était interdit : interdiction de toucher, de prendre des photos, d’essayer… Lolita est une mode japonaise qui concerne principalement les femmes que j’adorais étant plus jeune. Ce sont des robes faisant penser à la période baroque/rococo en France.

En bordure du quartier de Harajuku se trouve le sanctuaire shinto Meiji-Jingu, que j’avais fait l’an passé.C’était un moment agréable où une fois encore, il n’y avait pas trop de monde. La lumière y était très belle.

Enfin, comme je l’avais également fait l’année dernière, nous sommes allés à Shinjuku Gyoen, le grand parc de Tokyo. Nous y avons rencontré d’adorables petites tortues, des suppon. Mais la chaleur était intenable et nous passions plus de temps à la recherche de l’ombre qu’à la visite du jardin. Toutes les photos du parc sont d’Aurélie car pour ma part, je filmais.

Mais maintenant parlons de choses sérieuses. L’une des grandes nouveautés de mon séjour à Tokyo est le Tokyo Dome, un parc d’attraction. C’est l’un des gros avantages de voyager à plusieurs.  Je me suis de nombreuses fois trouvée frustrée quand je voyageais seule de ne pas pouvoir faire des activités marrantes. Alors je peux vous dire que nous en avons bien profité ! Pour bien commencer la soirée (la soirée, car le ticket est moins cher à partir de 17h, je pense que ça vaut plus le coup), nous montons à bord du navire pirate ! Puis, nous nous sommes divisés en deux groupes. Avec Aurélie, notre activité favorite était un petit parcours sur l’eau. Nous devenions presque amies avec les employés qui s’occupaient de cette attraction. Nous avons appris plus tard que nous pouvions filmer pendant cette activité, ce que nous n’avons pas fait. Quelle tristesse !

Ensuite, nous avons été à la maison de l’horreur. Moi qui suis plutôt “insensible” à ces choses-là habituellement, nous avons crié tout du long ! C’était très drôle, mais malheureusement le groupe devant nous était trop lent, il nous a gâché le suspens.

Les garçons, quant à eux, n’arrêtaient de faire la plus grosse attraction : Thunder Dolphin. Pour la petite histoire, c’est le 7ème plus haut “grand huit” du monde (80m), avec des pointes à 130km/h. Et je dois applaudir Thomas, qui a réussi à convaincre Aurélie de l’essayer. Elle n’aura rien vu de son premier tour. C’est alors que nous sommes repartis pour un deuxième ! Je crois que pour ma part, un troisième aurait été de trop, car je commençais à avoir la tête qui tournait. Nous avons fini par la grande roue où nous avons pu admirer un feu d’artifice, en dominant cette mégalopole illuminée. Encore une fois, toutes les photos sont d’Aurélie.

Enfin, nous avons passé une journée à Kamakura. Nous sommes partis “tôt” (aussi tôt que possible pour les garçons…Haha!) pour partir à l’exploration de cette charmante petite ville au bord de l’océan Pacifique. Elle était le centre politique du Japon de 1192 à 1333. Autant dire qu’elle a un sacré patrimoine culturel ! C’est amusant de savoir qu’elle est jumelée avec Nice. Comme de bons petits touristes, nous avons commencé notre visite par le temple Kotoku-in (et non pas Kokotuin comme disait Aurélie, ce qui sonnait très “Guerre des étoiles”). Ce temple abrite un Daibutsu assis de bronze (littéralement : Grand Bouddha), haut de 11m. Nous avons même eu la possibilité de rentrer à l’intérieur (une fois n’est pas coutume, contre une autre petite pièce) !

Il est certes impressionnant, mais je pense que nous sommes tous d’accord pour dire que notre visite préférée a été celle du jardin Hase-dera : un ravissant jardin japonais et nous avons même eu droit à de superbes lotus ! Ca ne pouvait pas mieux commencer. La visite est en fait assez longue pour un temple. Il y a même une caverne ! Avec plusieurs petits chemins agréables à emprunter, il est facile d’y passer au moins deux heures. Pour la fin de la journée, nous avons erré sur le remblai en nous étalant littéralement dessus. Je n’ose pas imaginer la vue qu’avaient les automobilistes, mais c’était assez reposant. Par contre, je l’avais déjà remarqué lors de mon voyage précédent, mais les plages sont vraiment sales. C’est bien dommage ! La baignade semble vraiment compromise.
En faisant des recherches sur Kamakura, je viens de m’apercevoir que nous n’avons pas fait le temple principal de la ville, à savoir le Tsurugaoka Hachimangu…Simplement un prétexte pour y retourner une prochaine fois !

Lotus pris par Hugo
Magnifique photo d’un lotus par Hugo
Sur le port de Kamakura

Le périple le plus aventureux de la semaine (voire du voyage) a été l’ascension du Mont Fuji, mais ce sera écrit principalement par Aurélie dans le prochain article, avec également mon ressenti car nous n’avons absolument pas vécu la randonnée de la même façon.

26 commentaires

  • Mémé

    J’ai trouvé ce nouvel épisode bien intéressant, bien rédigé( juste un ou deux mots répétés), avec des vues variées, avec alternance de lieux où s’agite la foule et de jardins reposants et bien différents des nôtres par la végétation.
    J’aimerais que tu parles un peu plus des endroits où vous logiez dans les petites villes et si vous aviez des contacts avec les logeurs ou les employés, ou les autres hôtes s’il y en avait.
    Tu montres des plats, alors je crois que, si tu trouves en France les ingrédients nécessaires, tu devrais nous préparer quelque chose: un potage végétarien par exemple, ce serait ta punition pour nous avoir fait saliver. J’attends la suite ….

  • Philippe

    C’est un peu bête , mais en publiant sur ton blog, je sors quelque peu de son contexte, alors que pour parler musique j’ai une page dédiée ( et keske je parlbien )… et sur le « groupe » qui n’est pas visible , associé à la page il y a des tonnes et de tonnes et des tonnes de titres…
    https://www.facebook.com/pg/lesvibrationsshonorent/about/?ref=page_internal

    https://www.facebook.com/lesvibrationsshonorent/

    Voilà voilà… en même temps je me fais de la pub…

  • Marjo

    J’ai un peu pollué vos photos, mais j’avais quelques questions/réactions ! J’aime beaucoup l’article, très franc ! Continuez (même si je lis avec beaucoup de retard) !

    • Philippe

      Bon mais en fait j’ai écrit Death core mais c’est plus plus du Grind core ( y a quand même une nuance )…
      mé c koi se gueublo ou ke tu peu mempa korigé t fote ! Nan mé c tro abuzé ! Lololol mdr lol ptdr ( et inversement )…

      … sinon … et Taïwan ? …

      • Emma

        Heureusement qu’ils ont flouté le doigt d’honneur dans la vidéo, parce que je ne pense pas que je m’en serais remise !
        #lol #grindcorecpadudeathcore #Taiwan2019 #tatroletempdelevoirvenirLOL

  • Philippe

    #trofunçatuesaraceducoupjemassoieetjattends

    #18h49jaifaimbizarredhabitudecestplustard?

    #JE DONNE L’AUTORISATION à n’importe quelle personne, institution, agence, ou structure gouvernementale et même au gouvernement des Etats-Unis, celui du Mordor, et des Télétubbies, d’utiliser toutes les merdes que je publie, considérant que j’ai auto-violé ma vie privée le jour où j’ai décidé de m’inscrire sur Facebook.
    Je veux donc en profiter pour saluer mes amis Facebook qui me regardent (salut les copains), et les agents de la CIA qui doivent aussi surveiller mon compte Hotmail, YouPorn, mais qui laissent s’envenimer tous les conflits dans le monde sans même en publier les photos !
    Copie ce message sur ton mur sinon le poussin Piou ira voir ta famille pour leur dire que tu prends de la drogue.

    • Emma

      #18h59etj’aipasfaim…Cac’estbizarre!!

      Pourquoi le poussin Piou est venu voir mes parents ? Je prends pas de drogue :'(
      Sinon, tu connais d’autres groupes comme Nine treasures ou Tengger Calvary? I want to know moooore

  • Philippe

    En fait 18h 59, j’ai pas faim, c’est normal, je n’ai faim que vers 20h…
    Bon, excuse, je n’ai pas pu répondre plus tôt, j’étais en train de compter mes « like »…
    donc: woui !… dans le genre folk métal, Nine Treasure et Tengger C. Sont les plus aboutis pour moi, avec une légère préférence pour NT…
    mais il y a aussi dans un style plus folk rock: Hanngai… https://youtu.be/LjRskDUq_eM
    … folk tout court: Yat Kha… https://youtu.be/pBA_5mD0bnw
    … plus brutal: Ego Fall… https://youtu.be/9ubTkrtLxQE
    Tout ça flirt sur le style Mongol…
    après , sur Taïwan, dont nous auront des nouvelles en 2019, tu as deux groupes essentiels, Chthonic et Silent Hell… je préfère le 2 eme c’est une chanteuse et elle a la voix d’Angela Gossov ( à peu près )… https://youtu.be/heF_NPJbv8Y
    https://youtu.be/XzIXc5CTC2M
    Et en prime , Angela Gossov au Japon, pour rester dans le cadre… https://youtu.be/4PUu3QajgTE

    Et là je valide et je passe à Fujisan… ( lololol )…

  • Rolande J.

    Je compatis aux souffrances d’Aurélie et admire sa persévérance. Elle nous décrit très bien ses ” souffrances”. Elle me rappelle des expériences similaires, dans une moindre mesure bien sûr, quand je me suis avisée de vouloir faire du ski de fond avec des groupes expérimentés et résistants. Je me retrouvais seule, loin derrière les autres, au milieu des arbres enneigés, hésitant sur les traces à suivre, épuisée.
    Je félicite aussi Emma mais elle me semble plus résistante!
    Vous avez rapporté de superbes vues qui rendent bien l’impression d’immensité.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.