Japon,  Voyage au Japon en solitaire

Kobe et Osaka, les grandes villes

Partie 5 – Kobe (神戸) & Osaka (大阪)

Cela pourra peut-être vous paraître étrange que je rassemble deux villes dans un seul et même article. Enfin spécifiquement Osaka et une autre ville. En fait, elles sont pour moi un peu similaires dans le sens où à mes yeux elles sont simplement “deux grandes villes”. Cela peut étonner, voire outrager certains étant donné les échos que j’ai eus à propos d’Osaka. Je préfère prévenir dès le début, si j’ai souvent utilisé un langage mélioratif pour le reste de mon voyage, ce ne sera peut-être pas le cas pour cet article. Mais je vais tout de même essayer d’en tirer le meilleur.

Kobe est selon moi une simple ville portuaire, sans réel intérêt. Elle a été rendue célèbre pour son bœuf, mais il n’y a vraiment rien de plus à voir. Il peut être intéressant d’escalader le Mont Rokko ou aller à Arimaonsen, célèbre pour ses onsen “d’or et d’argent” (noms donnés du fait de la couleur de l’eau) mais malheureusement je n’y suis pas allée. La ville n’est ni belle, ni riche culturellement. Tout ce que l’on peut y voir comme héritage, ce sont les maisons européennes, qui appartenaient à des marchands ou diplomates étrangers.

En ce qui concerne Osaka, mon désintérêt pour cette ville est encore différent, mais j’y reviendrai plus tard.

Jour 1 & 2 – Bœuf de Kobe sans bœuf

Gare de Kobe
Gare de Kobe

Si vous avez bien suivi, je suis arrivée à Kobe juste après Kyoto. J’avais donc placé la barre très haut quant au reste de mon voyage. Grave erreur. Comme je l’ai dit, la ville n’est pas belle, et fait très industrielle. Il faut dire que la ville a été en grande partie détruite par des bombes au napalm en 1945 et un tremblement de terre l’a à nouveau dévastée en 1995.

En fait, il y a tellement peu d’activités que je n’ai pas tellement de chose à raconter. Je me suis simplement “baladée” dans la ville. J’ai pu y voir la rue commerçante Motomachi, qui n’était pas désagréable mais la plupart des commerces étaient fermés. Également, le quartier chinois, appelé Nankin-machi. Très bruyant et pour cause, on y trouve principalement des stands de nourriture dont les vendeurs crient pour que vous daigniez regarder leur stand (ce qui entraîne plutôt l’effet inverse en fait, non ?), les odeurs de friture me retournaient le cœur étant donné que je venais juste de manger. Sur mon chemin, j’ai vu deux temples, Minatogawa-jinja (凑川神社) et le sanctuaire d’Ikuta (生田神社). Ce sont les seules choses traditionnelles que j’ai vues. J’ai passé le plus clair de mon temps dans un centre commercial où il y avait absolument de tout ! Des coussins, des chocolats, des lampes, des canapés et j’en passe. J’y ai fait beaucoup de dépenses, mais je suis contente de mes achats…

La présence de Spider-man semble tout à fait légitime
La présence de Spiderman semble tout à fait légitime
Ma petite compensation : avoir vu un petit T-rex
Ma petite compensation : avoir vu un petit T-rex
Gâteau
Gâteau bien crémeux

Au Japon, beaucoup de noms de magasins ou de panneaux d’affichages sont en français. Ça donne souvent des choses rigolotes, qui n’ont pas beaucoup de sens.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Allée vers Nankin-machi, comme les lampions nous l'indiquent
Allée vers Nankin-machi, comme les lampions nous l’indiquent
Entrée de Nankin-machi
Entrée de Nankin-machi
©EmmaT - A Flea Quest
Nankin-machi
Temple de Minatogawa
Temple de Minatogawa
Minatogawa
Minatogawa
Le temple de Minatogawa
Le temple de Minatogawa
Statue de lion au sanctuaire d'Ikuta
Statue de lion au sanctuaire d’Ikuta
Sanctuaire d'Ikuta
Sanctuaire d’Ikuta

Puis j’avais pour ambition d’aller au quartier Kitano, où se trouvent beaucoup de maisons à l’architecture européenne. Mais après en avoir vu une, le vent était tellement violent que j’étais glacée jusqu’aux os. J’ai alors décidé de faire demi-tour et de rentrer à pied. En demandant mon chemin à des lycéennes qui m’ont proposé de me payer le train, puis elles m’ont finalement raccompagnée jusqu’à la gare à pied, presque environ 30 minutes de plus pour elles et m’ont ainsi montré le “Harborland”, c’est-à-dire le port. 

Maison à Kitano
Maison européenne à Kitano
Harborland
Harborland
Harborland
Harborland

Pour mon second jour, j’avais prévu d’aller au Mont Rokko puis à Arima Onsen. Cependant, le matin après avoir vérifié les trajets et vu sur internet qu’en cas de vents violents l’ascension était interdite, j’ai décidé de changer totalement de plan pour quelque chose dont j’avais entendu parler la veille : Animal Kingdom. Vous connaissez maintenant ma passion pour les animaux,  et mon intérêt pour les animaux l’a emporté sur celui de la nature. J’ai eu beaucoup de chance car je suis arrivée au début du spectacle d’oiseaux, qui se déroulait dans une salle avec un sublime bassin où se trouvaient des nénuphars. Le spectacle n’était pas exceptionnel, mais c’est toujours agréable de voir des oiseaux plus ou moins rares voler. D’autant plus que l’on pouvait entendre une des musiques du seul drama (série japonaise) que j’aime, Hana Yori Dango. Ensuite le “zoo” permet d’être proche et de caresser beaucoup d’animaux : des lapins, chiens, chats…mais aussi des animaux moins courants comme des tortues ou des capybaras ! J’ai même pu prendre un super selfie avec un paresseux, chose que je n’aurais jamais imaginé possible. C’était pour moi assez intense, j’espère simplement que cela ne stresse pas les animaux, mais les espaces semblent souvent grands et les soigneurs ont l’air de prendre soin d’eux (contrairement au zoo d’Ueno…).

©EmmaT - A Flea Quest

©EmmaT - A Flea Quest

©EmmaT - A Flea Quest

©EmmaT - A Flea Quest

©EmmaT - A Flea Quest

©EmmaT - A Flea Quest

©EmmaT - A Flea Quest

Le plan d'eau des nénuphars (ou nénufars alors ? ;p)
Le plan d’eau des nénuphars (ou nénufars alors ? ;p)
Magnifique plumage d'un perroquet
Magnifique plumage d’un perroquet

©EmmaT - A Flea Quest

Rongeurs que l'on pouvait caresser
Rongeurs que l’on pouvait caresser
Un beau paresseux
Un beau paresseux

©EmmaT - A Flea Quest

Selfie avec le paresseux
Selfie avec le paresseux

©EmmaT - A Flea Quest

Une tortue et un capybara
Une tortue et un capybara
Je ne connaissais absolument pas cet animal...que j'ai pu caresser !
Je ne connaissais absolument pas cet animal, le mara…que j’ai pu caresser !

©EmmaT - A Flea Quest

Un kangourou proche de son oreiller
Un kangourou proche de son oreiller

Ah et oui, Kobe sans boeuf, car je n’ai vu absolument aucun boeuf, que ce soit en train ou aux alentours, et aussi car vu le prix, je n’y ai malheureusement pas goûté.

Kobe n’est donc pas un incontournable, et la faire après Kyoto la rend très monotone, mais je suis contente d’avoir vu l’Animal Kingdom. Je me serais volontiers passée du centre-ville.

Jour 3, 4 & 5 – Osaka, la déception avant le bonheur

Me voilà arrivée à Osaka ! Ah, Osaka…
Non, non, non. Énorme déception quant à Osaka. J’en ai toujours entendu que du bien. Vraiment. J’avais de grandes attentes là aussi, et contrairement à Kyoto, comme on dit je me suis bien mis le doigt dans l’œil.
Très honnêtement lorsque je suis arrivée à la gare, j’ai eu l’impression d’une ville sale, grise, triste et désordonnée. Il faut savoir qu’Osaka est la 3ième plus grande ville du Japon, et j’ai une sorte d’aversion pour les grandes villes. Mais quand même ! Tokyo m’a paru agréable et beaucoup de superbes choses à voir, une bonne ambiance même dans les quartiers surpeuplés.

Pour commencer, mon auberge était dans le quartier de Nishinari. Alors comment dire…J’ai eu l’impression que tous les rejetés de la société japonaise s’étaient retrouvés dans cet endroit. Je ne me sentais absolument pas en sécurité, et c’est une première au Japon, et tout était très laid. En fait, je ne savais pas encore à ce moment-là que ce quartier était l’un des quartiers les plus malfamés du Japon, puisqu’il s’y trouve un quartier de prostitution, deux clans de Yakuzas et de nombreux sans-abris. En fait, historiquement c’était un quartier de travailleurs qui se faisaient embaucher pour des contrats à la journée. Durant la crise, nombres de ces travailleurs n’avaient plus de travail et ont tout perdu. Le quartier a ainsi sombré dans des problèmes d’alcoolisme, drogue et autres activités criminelles.
Il faut avouer que mon introduction à Osaka n’a pas été parfaite, mais même le reste de la ville ne m’a pas paru plus chatoyant.

En arrivant, je suis juste allée dans la rue commerçante de Shinsekai, puis à Nippombashi, la rue des geeks en somme, mais je cherchais en fait Dotombori. Shinsekai n’a pas grand intérêt. Nippombashi était une rue rigolote, et il y avait de nombreux magasins de jeux vidéo, alors j’ai aimé juste aller jeter un coup d’œil. Toutefois les magasins étaient extrêmement bruyants, ce qui fait que je ne restais jamais longtemps. En ce qui concerne Dotombori, il y avait principalement des restaurants, donc pas très intéressants pour moi. Par contre, après ma semaine avec Hugo, j’y suis retournée en compagnie de Kinzo en soirée (un ancien employé du centre de chiens guides d’aveugle) et avec les lumières c’était bien plus joli. Petite parenthèse, j’ai en effet visité un centre de chiens-guides d’aveugle dont Yuko m’avait parlé, qui m’a mise en contact avec ce dernier. Je lui en suis très reconnaissante.

Malheureusement, pour combler le tout, j’ai essayé de changer des paramètres sur mon appareil photo, ce qui fait que je ne peux pas voir mes photos de ces jours sur Osaka à part quelques-unes…

Shinsekai
Shinsekai
Shinsekai
Shinsekai

©EmmaT - A Flea Quest

Statues de Mario & Snake à Nippombashi
Statues de Mario & Snake à Nippombashi
Coussin d'otaku (fan de manga, entre autre, presque obsessionnel) à Nippombashi
Coussin d’otaku (fan de manga, entre autres, presque obsessionnel) à Nippombashi
Magasin à Nippombashi
Magasin à Nippombashi
On ne fait pas les choses à moitié au Japon...
On ne fait pas les choses à moitié au Japon…

©EmmaT - A Flea Quest

J'aimerais méditer un instant sur cette phrase profonde...
J’aimerais méditer un instant sur cette phrase profonde…
Dotombori de nuit
Dotombori de nuit

Seule je suis allée aussi à Shitennoji (四天王寺), l’un des plus vieux temples du Japon, fondé en 593 par le prince Shotoku ! Cependant, la pagode était en réparation donc non visible. Mais avec la château, c’est bien là les seuls intérêts culturels… Enfin, il y a bien aussi le “Museum of Housing and Living”, mais vu les commentaires, je m’attendais à beaucoup mieux. Ils y ont reconstitué une ruelle comme elle pouvait être par le passé; je pensais naïvement que cette ruelle était à l’extérieur, mais c’était en fait en intérieur, ce qui cassait beaucoup le charme.

Museum of Housing & Living
Museum of Housing & Living

Tout le monde à l’auberge me disait qu’ils adoraient Osaka, alors je pensais réellement que c’était moi qui n’arrivais pas à voir objectivement la beauté cachée de cette ville. J’étais heureuse car plus tard j’ai rencontré quelqu’un qui m’a dit que cette ville ne lui avait pas plu non plus, et pour les mêmes raisons que moi ! Mais je crois que nous sommes peu quand même. En fait, je ne suis pas trop adepte de la “night life”, et je crois qu’Osaka est excellente pour ça. C’est peut-être l’une des raisons ? Je n’en sais rien pour être honnête.

Mais cette “souffrance” n’était que de courte durée, car à Osaka, mon amoureux me rejoignait pour une semaine ! Je vais donc reparler d’Osaka dans le prochain article, mais aussi de tout notre parcours.

12 commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.